L’idée de « privatiser » l’intervention militaire américaine en Afghanistan refait surface